2. Des pratiques établies

Avec l’avènement des REL, c’est un véritable système de bibliothèques de ressources en ligne qui s’est édifié. L’analogie de la bibliothèque est très appropriée car les deux domaines sont similaires. Pensons donc aux différentes fonctions de ce système pour mieux apprécier la complexité d’une telle architecture en ligne.

Dans un premier temps, l’acteur le plus communément visé par les REL est l’utilisateur. Qu’il s’agisse d’un professeur, d’un étudiant, d’un concepteur, d’un formateur, d’un bibliothécaire ou d’un simple internaute curieux, deux considérations priment plus que toutes autres pour l’utilisateur de REL : il doit pouvoir trouver la ressource de son choix et il doit pouvoir la réutiliser.

De ces deux considérations découlent quelques-unes des problématiques les plus épineuses du domaine. En effet, pour retrouver une REL dans notre bibliothèque en ligne – qu’on nomme banque ou répertoire, il faut que celle-ci soit décrite. Pour ce faire, on doit donc ajouter une forme d’étiquette contenant l’information relative à la ressource. Pensons par exemple au Titre, à la Date de création, à l’Auteur, etc. On nomme métadonnées ces étiquettes (en langage HTML, ce sont des « balises ») qui décrivent l’information relative aux ressources.

Or la saisie de métadonnées doit suivre certains standards pour assurer une compréhension uniforme de l’information relative aux ressources. Par exemple, si on indique une « Date », s’agit-il de la date de création, de la date de diffusion, de la date de modification, de la date d’expiration ou autre? Ces considérations de standardisation s’appliquent à la majorité des éléments descriptifs couverts par les métadonnées.

L’autre problème est celui de la réutilisation dans un système universel régi par la propriété intellectuelle. Au départ justement, les provisions de propriété intellectuelle interdisent l’utilisation du travail d’un autre sans sa permission expresse. C’est une forme d’interdiction tout azimut par défaut, obligeant les intéressés à obtenir une permission expresse d’utilisation pour chacune des ressources qu’ils pourraient vouloir réutiliser. Les systèmes de licences qui ont vu le jour depuis l’avènement du logiciel libre et de Creative Commons renversent cette prémisse. Ils cherchent justement à préciser, au premier plan, ce qu’un utilisateur a le droit de faire avec une ressource plutôt que de l’obliger à demander une permission à l’auteur.

Activité 2

Nous vous proposons ici d’établir une base commune de compréhension de l’univers des REL. Regardez d’abord la vidéo de présentation de Gilbert Paquette, plus particulièrement la Partie 1: Une décade d'évolution dans les REL, et explorez le site Banques de ressources éducatives en réseau (BRER) pour vous familiariser avec l’architecture de système des banques de REL. Essayez ensuite de répondre aux questions suivantes :

  1. Savez-vous ce qu’on entend par dépôt de ressources, référentiel de ressources et banque de ressources? Pouvez-vous établir la différence entre chacun de ces concepts? Consultez une réponse, écoutez Gilbert Paquette (Termes, définitions : banques, référentiels et dépôts) et suggérez vos nuances.
  2. La recherche de REL est fondamentale. Comprenez-vous la différence entre une recherche simple, une recherche avancée, une recherche fédérée et le « moissonnage »? Certains éléments de réponse sont disponibles ici. Pouvez-vous en suggérer d’autres?
  3. Si vous comprenez l’idée de recherche de REL, vous savez en quoi consistent les métadonnées. Pourquoi les banques de REL devraient-elles pouvoir compter sur les services d’indexeurs selon vous?
  4. Pouvez-vous citer les principales normes, standards et profils d’application gouvernant les métadonnées et celles qui prévalent chez vous? Consultez des réponses, écoutez Gilbert Paquette et suggérez des nuances et des ressources supplémentaires.
  5. Vous devriez pouvoir expliquer la différence entre une norme, un standard et un profil d’application. Est-ce clair pour vous? Suggérez des références pour justifier votre réponse.
  6. Au-delà des normes de métadonnées, toute une architecture normative est requise pour assurer l’interopérabilité des banques de REL. Expliquez en quoi consiste l’interopérabilité et précisez quel ensemble de normes et de standards serait davantage indiqué chez vous pour déployer une infrastructure de banque de REL.
  7. Au terme de ces exercices, êtes-vous d’accord que les banques de REL offrent une alternative supérieure aux puissants moteurs de recherche en vogue comme Google? Consultez des réponses, écoutez Gilbert Paquette (Bilan d'une décade de développement: Avantages des référentiels) et offrez votre opinion.

Répondez aux questions qui vous intéressent dans le média de votre choix en utilisant le mot-dièse #CLOM_REL_BRER. Consultez ensuite les contributions des autres participants et commentez à votre guise pour alimenter la discussion.