Le MOOC, nouvelle REL à granularité maximale

INTRODUCTION

Expert invité : David Cormier

Transcription PDF

J'ai utilisé le terme MOOC pour la première fois durant l’été 2008, lors d'une conversation avec George Siemens et Stephen Downes à propos d'un cours qu'ils offraient à l'époque à l'Université du Manitoba. Il y avait quelque chose de fondamentalement différent dans cette formation qu'ils proposaient. Son originalité ne se trouvait pas dans le nombre important d'étudiants, "The Open University" au Royaume-Uni avait déjà travaillé avec des masses importantes d'apprenants. Ce n'était pas simplement que ce soit ouvert.

Sa différence se trouvait dans sa combinaison d'ouverture et du grand nombre d'apprenants qui y ont participé. Ceci nous a permis d'imaginer une nouvelle façon d'envisager l'éducation.

J'ai eu la chance de participer à ce premier MOOC où j'ai animé une séance de discussion hebdomadaire autour de la thématique proposée. Ces premiers MOOCs étaient conçus en se basant sur les idées de connectivisme, c'est-à-dire que le savoir se forme (et donc, existe) à travers les rapports entre les gens. Nous avons encouragé les étudiants à générer de nouvelles idées, à partager leurs perspectives diverses et à créer leurs propres projets de MOOCs. Le but des premiers MOOCs était de créer de nouvelles connexions, que ce soit par de nouveaux contenus ou de nouvelles relations.

En 2011, la première de ce que nous appelons maintenant xMOOCs est née. Au début des xMOOCs le contenu était précréé par les animateurs et les «étudiants» étaient censés d'apprendre ce contenu. Les ressources didactisées étaient précisées à l'avance, puis consommées par les élèves pendant le cours. Cela contraste fortement avec les cMOOCs où le but du cours était de produire de choses nouvelles, des choses intéressantes.

Cette division entre le xMOOC et la cMOOC peut se situer, selon le cours, plus dans la conception que dans la pratique. La plupart des MOOCs incorporent les deux côtés de l'équation. Cette semaine à REL, nous allons parler des implications de ces différences pour la création des REL et regarder comment ces deux modèles peuvent être utilisés de façon efficace.