DISCUSSION

Toutes les discussions

En immersion

Billet publié par noreply@blogger.com (Patrice Imbert), 16 mar 2014.

Comme beaucoup de monde semble-t-il, et comme lors de ma tentative pour suivre le MOOC Itypa, me voilà submergé d'informations, grisé par la quantité de pistes à suivre, désorienté par le nombre de possibilités à explorer. Impression de noyade renforcée par la quantité de textes en anglais où mes compétences trouvent vite leurs limites.

Il n'en demeure pas moins que la surabondance d'apports et l'ambition des activités proposées font de ce CLOM un véritable défi. Rien que d'un point de vue temps, chaque activité proposée pour la semaine 2 pourrait à elle seule en requérir une, voire plusieurs.

Cette richesse contient sa propre limite qui peut se transformer en écueil. Il est absolument impossible de tout lire, tout voir, tout commenter, encore moins de tout faire. Mais alors, comment faire pour ne rien manquer, ou, à tout le moins, ne rien manquer de ce qui nous intéresse ? Comment savoir ce qui pourrait nous intéresser sans savoir ce qui existe ? Comment trouver un principe organisateur dans cet espace réticulé aux délimitations si floues qu'il se confond avec la Toile qui lui sert de fond ? Et comment en déduire une stratégie adaptée à nos objectifs ?

Je suis persuadé de l'utilité d'une description des ressources et d'une bonne indexation. De nombreuses solutions techniques ou technologiques permettent, et permettront encore mieux demain, d'affiner la granularité des ressources indexées et leurs descriptions, d'accroître la pertinence et la cohérence de l'indexation, tout en permettant un meilleur dialogue entre les différentes entités par une recherche toujours plus poussée d'inter-opérabilité.

Je ne néglige pas l'importance de ces activités qui visent à élever la congruence des réponses fournies aux besoins de l'utilisateur. Dans un univers de langages (humains, machines et intermédiaires) et de technologies communicantes elles sont indispensables puisqu'il est vrai qu'avant de pouvoir Réutiliser, Retravailler, Recombiner, Redistribuer une REL, il faut encore pouvoir la trouver et l'identifier comme telle.

Mais l'aridité des normes et, là encore, le foisonnement d'adaptations malgré les efforts de standardisation font du maquis des dépôts, banques et autres tentatives pour décrire et organiser la gestion des REL, des espaces plus propices aux échanges automatisés qu'à l'interaction humaine. C'est pourquoi pour les décrire, à la métaphore du rhizome, je préfère celles du maquis ou de la jungle inextricable, espaces inhospitaliers pour les humains et qui rendent mieux compte, me semble-t-il, de la difficulté à y cheminer.

Sans négliger, donc, les contingences techniques et technologiques et, au-delà du débat sémantique sur ce qui est, ou non, une Ressource Éducative Libre, chaque terme pouvant être débattu, et du débat juridique qui le génère, ou en découle, à propos de ce que l'on peut en faire ou non, je me pose la question de l'utilisateur final.

S'agit-il d'offrir des ressources aux pédagogues pour faciliter l'enseignement ou bien des outils aux apprenants pour faciliter les apprentissages ?
Les objectifs affichés par les organisations à l'origine du CLOM semblent répondre qu'il s'agit des deux à la fois, mais ces deux buts sont-ils compatibles et atteignables ensemble ?
Malgré les travaux engagés depuis plus d'une décennie pour en faciliter la création et l'usage, quel est le pourcentage d'utilisateurs connectés qui sauraient trouver une REL aujourd'hui ?

Je n'ai bien sûr la réponse à aucune de ces question, mais j'ai l'intuition que tout contenu sous une licence (publique ou privée) permettant la libre réutilisation par tous et en toutes circonstances est potentiellement une REL, qu'elle ait été destiné à enseigner, à apprendre ou à un tout autre usage.
L'apprentissage à lieu quand de la rencontre d'un utilisateur et d'un objet naît une affordance conduisant l'un à utiliser l'autre comme outil dans un but établi.

Toutes ces initiatives sont-elles à même de produire des systèmes facilitant de telles rencontres ? Si ce n'est pas le cas, elles s'effaceront derrière Google, Bing et leurs successeurs. C'est d'ailleurs peut-être là que réside le grand défi pour la Francophonie, se tourner résolument vers l'utilisateur et lui offrir une accessibilité aux REL qui soit réelle.

À moins que la réponse à l'une de mes questions introductives ne soit justement pas de trouver un principe organisateur mais d'en créer un, le sien : mettre de l'ordre dans le chaos, délimiter, organiser, structurer, associer...

Et c'est peut-être cela qu'il faut permettre à tous !

#CLOM_REL_Acquis
(Nombre de consultations aujourd'hui: 696 Total: 696)

[Lien vers la source]


Commentaires