José Brito signe et persiste. Il a voulu relever le défi d'assurer un suivi à l'initiative du CLOM REL 2014 et, de sa propre initiative, il a bricolé un environnement de suivi sur une plateforme Drupal, le tout hébergé chez aliboron.org.
J'ai trouvé l'initiative louable au début, mais j'avais peu d'espoirs de voir s'épanouir cette envolée. Voilà toutefois que José confond les sceptiques par son travail de fourmi, à recenser les sources, rassembler les apôtres et leurs œuvres, structurer un environnement cohérent. En bout de ligne, ce "lieu" créé par José est bien articulé et constitue à mon avis l'un des pôles que nous aimerions voir se dessiner dans la communauté francophone des REL. Les causes ont tendance à s'y confondre. En effet, comme pour REL 2014, il n'est pas évident de dissocier les ressources elles-mêmes de la plus grande cause du libre - et c'est d'ailleurs là ce qui motive davantage bon nombre de participants, à mon avis. Se greffent en particulier à cette famille d'affinités: le logiciel libre, le libre accès au sens anglo-saxon des répertoires de publications scientifiques ("Open Archive"), les licences libres (Creative Commons) et, bien sûr, les pratiques éducatives libres. J'aimerais conclure sur un idéal que j'avais en débutant ce projet de CLOM, celui de voir se dessiner un portrait global des communautés du REL. J'imaginais un graphe de graphes où, comme dans un réseau de neurones interconnectées, un individu possède différentes identités pertinentes à recenser au sujet des REL: professionnelle, spécialisation (REL), intérêts et sociale. Chacune de ces identités se traduit par sa participation à des travaux témoins, comme un blogue, une plateforme, des publications, un portfolio, etc. En bout de ligne, en vertu de cette information, on peut obtenir un portrait global de la diaspora REL francophone: personnes, lieux, médias, œuvres, communautés. Bref, et à nouveau, une illustration par graphe d'une base de données RDF qui pourrait ressembler à ceci (genre): Source: Martin GrandJean, blogue Digital Humanities et Data VisualizationPour n'y être pas parvenu, je lève d'autant mon chapeau à l'initiative de José que j'appuie. Et du coup, je me questionne sur la motivation à persévérer: qu'est-ce qui pousse tous ces participants assidus que nous avons retrouvés dans le cours à chaque jour mettre de côté leur quotidien et les incessantes interpellations médiatiques, publicitaires, sociales et autres pour attribuer du temps à un sujet en particulier? Cette question me fascine toujours. Thu, 22 May 2014 13:36:00 +0000 [Comment]